Viva BrazilQui dit année 2014 dit Coupe du Monde de Football. Et qui dit Coupe du Monde dit Brésil ! Et pour cause, c’est dans ce pays encore récemment intitulé « émergent » que se déroulera, dés le mois de juin 2014, l’événement sportif le plus populaire de la planète (après les Jeux Olympiques, qui y débarqueront 2 années plus tard). Avec 7, 2 millions de touristes attendus au Brésil à l’occasion du Mondial, c’est tout le pays qui se prépare à cette marée humaine. Les retombées médiatiques, économiques et touristiques ne manqueront pas d’être exceptionnelles pendant et après l’événement. Et le tourisme d’affaires n’est pas en reste…

 

Ces dernières années, des millions de reales ont été injectés dans les secteurs des transports (l’aviation, le développement portuaire et aéroportuaire et les transports publics) afin de faciliter l’arrivée des aficionados du Football dans les 12 villes hôtes. Côté infrastructures, les quartiers sont réhabilités, de nouveaux hôtels ouvrent leurs portes chaque jour, et le ministère du Tourisme met en place un vaste programme de formation à l’espagnol et l’anglais pour quelques 300 000 travailleurs. Des initaiatives et équipements qui renforceront bien évidemment l’attractivité du pays à plus long terme.

Les entreprises locales et internationales entendent bien évidemment surfer sur l’engouement suscité par un événement aussi fédérateur que la Coupe du Monde : organisation d’incentive ou de séminaires au Brésil, cadeaux clients avec des billets pour les matchs… Ainsi, la GBTA (Global Business Travel Association) prévoit une croissance à deux chiffres pour les voyages d’affaires au Brésil en 2014, dépassant la Corée du Sud, la France et l’Italie dans le classement mondial des destinations – tant sur des publics nationaux que sur des voyageurs internationaux.

Mais la vision idyllique du Brésil cache bien des failles, notamment dans l’organisation à deux vitesses de ce mondial 2014. En effet, malgré les investissements, l’insuffisance des infrastructures de transport reste un écueil important. Ce pays de plus de 8,5 millions de km2 manque cruellement de trains, de routes en bon état et d’aéroports non saturés. En dehors de Rio de Janeiro et São Paulo, qui concentrent la grande majorité des événements d’affaires du pays, les déplacements des touristes et des spectateurs entre les différents stades risquent d’être réellement problématiques ! Et entre les questions de corruption, le prix des billets et les retards sur les équipements sportifs, les mois précédent juin 2014 risquent d’être mouvementés.

 Alors, OUI, 2014 (puis 2016) sera une année brésilienne et il serait dommage de ne pas surfer sur la vague (i.e le ballon) pour valoriser son image interne et/ou externe. Mais à moins d’être fan absolu de foot (ou sponsor officiel), évitez la période « Coupe » pour vous y rendre. Autre option : prenez le contre-pied de vos concurrents et faîtes venir le Brésil chez vous, en utilisant les thématiques « Brazil » ou « Football » au cœur de vos projets de communication : soirée brésilienne, cours de capoera, tournoi sportif… Et viva Brazil !!