Coaching virtuelJ’ai tout récemment reçu un mail publicitaire me proposant des services de coaching en ligne. Une prestation 2.0 qui se présente comme une alternative au coaching traditionnel (en vis à vis), mais arguant d’être plus pratique, sans perte de temps et surtout plus économique. Alors qu’aujourd’hui, le terme de coach est de plus en plus galvaudé, j’avoue qu’avec la notion de coaching virtuel, on passe encore un cran au dessus. Peut-on encore parler de coaching sous cette forme?

A y regarder de plus près, je réponds « non ». En tant que Coach certifié formé à la méthode du DOJO*, j’ai appris au fil de ma formation et de mes expériences que l’un des principaux piliers de ce métier de coach consiste à créer une relation de confiance entre deux personnes, dans laquelle le coach accompagne le coaché en toute transparence et honnêteté. Comment imaginer pouvoir créer cette relation avec quelqu’un de virtuel, alors que l’écran offre toutes les possibilités de se cacher ou de tricher ? Il suffit de regarder le nombre de profils enjolivés sur les différents réseaux sociaux ou les sites de rencontres pour comprendre la limite de cette relation virtuelle.

De plus, tout communiquant sait pertinemment que le langage verbal n’est pas l’unique mode de communication d’un individu. Un coach doit pouvoir s’appuyer sur l’analyse du langage corporel de son interlocuteur, de manière à mieux appréhender son ressenti au moment où il parle. Ceci est malheureusement impossible à voir même avec une Webcam, ce qui ampute grandement les capacités d’analyse et donc d’accompagnement d’un coach virtuel.

A mon sens, une relation de confiance ne peut s’établir que dans le cadre d’un lieu réel, de préférence neutre, et dans une bulle temporelle où les deux personnes pourront s’exprimer et échanger librement sans influence de facteur extérieur. Pour un coaching efficace, il est nécessaire que les deux acteurs se voient en personne et disposent d’un écrin protégé, bulle relationnelle qui permettra de profiter au maximum du temps et de l’accompagnement.

Un conseil : quelles que soient vos motivations pour envisager sérieusement un coaching, attention à ne pas tomber dans le piège des nouvelles technologies pour des raisons pratiques et purement budgétaires. Un coaching efficace nécessite une réelle volonté de remise en question et un investissement personnel fort, qui ne se fait pas à la va-vite, entre 2 réunions. Le coaching est un travail sur l’humain…et non sur l’image que renvoie un écran. Entre le réel et le virtuel, c’est là une limite que je ne conseille pas de franchir, au risque de simplement perdre son temps.

Des questions ? Une envie d’en savoir plus sur les opportunités d’un coaching ? l’agence de communication et organisation d’événements La Créative Boutique reste à votre entière disposition pour toutes vos demandes.

Post rédigé par Thierry Ragot

* DOJO, centre de développement personnel et professionnel fondé par Jane Turner et Bernard Hévin