Dans le cadre d’un événement, l’un des rôles primordiaux de l’organisateur ou de l’exploitant du lieu qui reçoit du public est d’éviter tout accident, et donc de tout mettre en œuvre en amont pour les prévenir. La gestion du risque est devenue une composante à part entière des métiers d’organisateur de spectacles et d’exploitant de salles. La diversité des types d’événements et des lieux de spectacles rend d’autant plus complexe leur organisation et la prévention des risques.

Revoir dans cet article de blog le cadre légal de la sécurité dans l’événementiel n’est pas notre propos (il faudrait écrire une thèse), mais revoyons ensemble une liste des principaux termes et acronymes à connaître.

PPR – Plan de prévention des risques : il doit être établi pour chaque date de spectacle et notamment préciser : la définition des phases d’activités dangereuses et des moyens de prévention spécifiques correspondants, l’adaptation des matériels, installations et dispositifs à la nature des opérations à effectuer ainsi que la définition de leur entretien, les instructions à donner aux salariés, l’organisation mise en place pour assurer les premiers secours en cas d’urgence et la description du dispositif mis en place à cet effet par l’entreprise utilisatrice.

Les contraintes de temps et d’économie impliquent bien souvent le travail simultané de plusieurs entreprises (coactivité) qu’il est indispensable de coordonner. LE PPR co-activité permet de fixer les conditions de sécurité dans le cadre d’activités réalisées par plusieurs entreprises. Dans le cas d’une tournée par exemple, le producteur, employeur de l’équipe de tournée et des artistes, organise le concert dans une salle, dont l’équipe est gérée par l’exploitant.

ERP – Etablissement recevant du public : Les ERP sont des bâtiments, locaux ou enceintes dans lesquels des personnes sont admises, soit librement, soit moyennant une rétribution ou une participation quelconque, ou dans lesquelles sont tenues des réunions ouvertes à tout venant ou sur invitation, payantes ou non. Les ERP sont définis par types, dont voici quelques exemples : L : salles d’auditions, conférences, réunions spectacles ; CTS : chapiteaux, tentes & structures ; PA : Etablissement plein air ; X : Etablissements sportifs couverts

Jauge : Elément permettant de catégoriser les ERP en fonction du nombre de spectateurs. 1er : + 1500 ; 2ème : 701 à 1500 ; 3ème : 301 à 700 ; 4 / 5 : seuil en fonction des types d’ERP. Dans le cadre des manifestations de type T, le comptage de l’effectif s’effectue par rapport à la superficie de l’E.R.P. où se déroule la manifestation selon le ratio suivant : 1 personne = 1 m².

ADAP – agenda d’accessibilité programmée : L’attestation d’accessibilité est un document que les établissements recevant du public (ERP) conformes aux normes d’accessibilité au 31/12/2014 doivent déposer avant le 1er mars 2015. Cette attestation montre que l’ERP est bien conforme à la loi en terme notamment d’accessibilité pour handicapés.

SSIAP – Service de sécurité incendie et d’assistance à personne. Il doit être adapté au type de public accueilli, et à la nature des lieux d’accueil. Son caractère obligatoire ou facultatif sera défini en fonction de la taille de l’événement. Les agents qualifiés SSIAP quel que soit leur niveau sont astreint à suivre un recyclage de leurs connaissances ou une remise à niveau.

Commission de sécurité : les commissions de sécurité et d’accessibilité ont un rôle consultatif. Leurs avis ne sont que des mesures préparatoires aux décisions des autorités de police. Avant toute ouverture au public d’un chapiteau ou structures provisoires telles que des tribunes, l’organisateur de la manifestation ou du spectacle doit obtenir l’autorisation du maire, qui sollicitera bien souvent l’avis d’une commission de sécurité.

Installations de sécurité : Installations qui doivent être mises ou maintenues en service pour assurer l’évacuation du public et faciliter l’intervention des secours. Elles comprennent : l’éclairage de sécurité ; les installations du système de sécurité incendie (SSI) ; éventuellement les ascenseurs devant être utilisés en cas d’incendie ; les secours en eau (surpresseurs d’incendie, pompes de réalimentation en eau, compresseurs d’air des systèmes d’extinction automatique à eau, etc.) ; les pompes d’exhaure ; d’autres équipements de sécurité spécifiques de l’établissement considéré à condition qu’ils concourent à la sécurité contre les risques d’incendie et de panique ; les moyens de communication destinés à donner l’alerte interne et externe

Service de sécurité incendie : La surveillance des ERP doit être assurée pendant la présence du public par un service de sécurité incendie qui assure la sécurité générale dans l’établissement ; cette disposition est imposée par le règlement de sécurité du 25 juin 1980 modifié. La grande variété des ERP et en particulier leur type et leur catégorie influe notablement sur le dimensionnement du service de sécurité.

Service de surveillance et gardiennage : Si il y a plus de 1500 personnes, l’organisateur doit faire appel à une société agrémentée de sécurité.

Secours à la personne : Si il y a plus de 1500 personnes, l’organisateur doit faire appel à 1 association de sécurité civile pour assurer la sécurité des personnes.

Vous organisez un événement et souhaitez l’avis d’un professionnel ? N’hésitez pas à contacter l’agence de communication et organisation d’événements La Créative Boutique. Nous vous apporterons les clés d’une organisation professionnelle répondant à toutes les contraintes légales en matière de sécurité. Contactez nous via mail sur contact@lacreativeboutique.fr.

Crédit photo : senkaya