L’article que je m’apprête à rédiger sort un peu du cadre habituel des sujets que je traite sur ce blog. Je vais certes parler d’événementiel, mais dans un contexte bien différent. Pas de recettes ou de conseils, plutôt un récit d’expérience. En tant que directrice d’agence, je suis une « professionnelle » (un bien grand mot) qui organise des événements pour des professionnels. J’imagine et je mets en œuvre des concepts, avec des budgets alloués par des entreprises, qui attendent un certain retour sur investissement. Tout cela est assez cadré et les risques calculés. C’est comme ça que je vis l’événementiel depuis 10 ans.

Mais ces derniers mois, j’ai vécu une version toute autre de mon métier, dont le point d’orgue s’est déroulé ce week-end. Un événementiel non pas porté par des objectifs de communication et du ROI, mais une aventure associative portée par une bande de joyeuses copines ahurissantes, qui ont accompli sans budget et à la force du mental (et de leur folie) un projet plus grand qu’elles.

Soyons concrets. Il y a 6 mois, 15 copines – femmes actives qui aiment se retrouver régulièrement pour courir ensemble – discutent autour d’un apéro et se disent qu’elles aimeraient bien organiser un raid multisport destiné exclusivement aux femmes, au profit d’une association. A l’instant T, nous avons zéro budget, zéro statut juridique, zéro participantes…. juste un appel du pied d’un parc de loisir qui propose de nous accueillir pour cet événement. Je dis « nous » puisque – évidemment – pour un projet aussi fou que celui-là, je fais partie de ces 15 copines. J’en suis même rapidement désignée Secrétaire Générale.

Boostées par notre Présidente Aline (qui a pourtant encore un peu peur d’y croire), et fortes de nos expériences respectives dans différents secteurs d’activité (graphisme, RP, événementiel, banque, coaching sportif, contrôle de gestion, nutrition…), nous nous mettons rapidement en ordre de bataille. Nous créons une association qui portera administrativement le projet (et les responsabilités financières), trouvons les assurances nécessaires, montons un site internet et une page Facebook, rédigeons un dossier de sponsoring pour partir à la pêche aux financements et aux subventions, construisons un parcours sportif qui tient la route, trouvons les équipements nécessaires, et évidemment … recherchons les concurrentes de cette aventure. Tout ceci, sur notre temps libre, le soir et le week-end, … en tout cas ce qui nous en reste une fois les enfants couchés !

Nous sommes toutes des bénévoles, portées par une idée, portées par le sens de cette aventure dont les bénéfices iront à une association qui nous tient à cœur, portées par l’amitié qui nous lie. Nous ne comptons pas nos heures, et sommes toujours heureuses de nos retrouver pour nos réunions mensuelles / apéro. Au fil de ces réunions, je vois le projet se monter, les sponsors se positionner, les dossiers de concurrentes se multiplier. Partie de rien, l’aventure se concrétise et nous touchons du doigt sa réalisation. A 3 semaines de la date fatidique, nous touchons le point mort financier – ouf, nous n’y laisserons pas notre chemise – et en plus nous devrions pouvoir reverser une petite enveloppe à l’association que nous soutenons. La magie opère… en même temps que la pression monte.

Le Jour J, en arrivant sur les lieux, les yeux de nos troupes brillent. Entre fatigue et excitation, nous voyons les 80 concurrentes arriver (nous jouons à guichet fermé !), entourées des bénévoles supplémentaires que nous avons réussi à rameuter pour l’occasion en les séduisant par notre folie et notre enthousiasme. Sous un soleil magnifique (qui n’était pourtant pas annoncé, mais on peut dire sur les Dieux étaient avec nous), nos équipes de femmes concurrentes prennent le départ, et se surpassent pendant 2 jours d’épreuves de course à pied, Run&Bike, paddle, tir à l’arc, Golf, j’en passe et des meilleurs. Défi, motivation, sueur, bienveillance, enthousiasme, fierté, rires, courbatures, abnégation… voilà bien les mots clés qui ressortent quand j’essaie de décrire ce week-end hors du temps.

L’événementiel, c’est ça. C’est créer de toute pièce un moment de vie et de partage. Alors que l’on se plaint souvent des coupes budgétaires, j’ai vécu ici la preuve irréfutable que la qualité et la réussite d’un événement ne dépend pas de la taille du budget alloué, mais de la conviction et de l’envie des organisateurs de faire vivre des émotions à un public. En fédérant des équipes autour d’un projet qui a du sens, en travaillant dans un cadre bienveillant et positif, en donnant à chacun la possibilité de contribuer au projet selon son talent personnel, on créé un événement plus grand que la somme des énergies qui le compose. Sur ce projet, j’ai donné de mon temps, partagé mon expertise sans attendre en retour… et j’en ressors grandie et nettement enrichie (alors que je n’ai aucune marge bénéficiaire). J’en conviens, tout ceci fait très « fleur bleue », certes… mais vous dites ça parce que vous ne l’avez pas vécu de l’intérieur. Sinon, vous comprendriez mieux cette expression qui dit que « Seuls on va plus vite, mais ensemble on va plus loin ! ».

Entre fierté et fatigue, je re-signe demain pour une nouvelle édition avec mon équipe de bric et de broc, de chic et de choc. Bravo à nous !

Notre association : Après Quoi Elles Courent ? www.apresquoiellescourent.fr
Notre aventure : Les Déesses de l’Olhainpe – Base d’Ohlain, 16-17 septembre 2017

PS : Hommage à toutes les belettes de « Après Quoi Elles courent ? » pour cette belle aventure, en commençant par ma Présidente Aline… et toutes les autres : Laudine, Myriam, Carole, Emilie, Florence, Dorinne, Nath, Laetitia, Géraldine, Fouzia, Domi, Delphine, Audrey, Anne-Sylvie… et tous ceux que nous avons emmené dans notre sillage fou.

PS : chez clients, n’allez pas croire que cela veut dire que vous pouvez me confier des projets sans budget alloué !!! Tout est relatif 🙂